66 minutes

Publié le par Bastenzo55

Au  sommaire  de  l'émission du  06/01/08:

L’académie de la drague
Savoir charmer une femme, apprendre à séduire en 48h, vaincre sa timidité : c’est le programme de nouvelles écoles apparues depuis peu en France : les académies de la drague. Cours théoriques, travaux pratiques en boîtes de nuit, on y professe des méthodes prétendument miracle importées des Etats-Unis, où, depuis 10 ans, le business de la séduction est devenu un phénomène. Qui sont les élèves qui s’inscrivent à ces leçons ? A quoi ressemble la formation ? Peut-on vraiment devenir un Don Juan en quelques cours ?

Algérie : le combat d’un Français pour retrouver sa fille
Où est Sophie ? Cela fait trois ans que Jacques Sharbook n’a pas revu sa fille, qui vient d’avoir 6 ans. Seul dans sa villa d’Oran, cet ancien commercial français vit un double drame : son épouse algérienne, Farah, est décédée dans un accident de la route en 2005. Depuis, leur fille Sophie a littéralement été enlevée par sa grand-mère : malgré les injonctions de la justice, elle cache l’enfant, et interdit que Sophie revoie son père. Mais Jacques se bat, sillonnant la région, frappant aux portes, affrontant l’hostilité de sa belle-famille. Reportage sur le combat d’un père pour retrouver sa fille.

Marseille : le tribunal des chauffards
Si vous grillez un feu rouge à Marseille, vous aurez affaire à lui. Alain Sobrero, fonctionnaire à la retraite, est juge de proximité au tribunal de police, où 90% des affaires traitées sont des infractions au code de la route. Le département des Bouches du Rhône détient le record de l’incivilité routière, avec plus de 130 morts en 2007. Et pourtant, devant le juge, les automobilistes sont souvent de mauvaise foi et acceptent mal la sanction. Comment se déroulent ces audiences souvent houleuses ? Sur quels critères le juge décide-t-il de retirer un permis ? Reportage au cœur de la machine judiciaire.

Les « sœurs de choc » en Mongolie
A Oulan Bator, il fait tellement froid l’hiver que les sans abris s’enfouissent dans la terre pour se blottir contre les tuyaux de chauffage. Mais cela ne fait pas peur à Sœur Marie-Françoise et sœur Marie-Bénédicte, deux religieuses du genre énergique. Depuis 5 ans, elles vivent dans la capitale de la Mongolie, où la température peut descendre jusqu’à -40°. Distribution de nourriture, tournées dans les bidonvilles, soins médicaux, les Françaises ont même créé un orphelinat où elles accueillent les enfants abandonnés dans les poubelles de la ville. Comment ces deux « sœurs de choc » portent-elles la parole chrétienne dans un pays bouddhiste, à peine sorti de l’ère soviétique ?

Source: M6

Publié dans 66 minutes

Commenter cet article

Kristof 07/01/2008 15:51

Bonjour,Je ne remets pas en cause le travail des bonnes soeurs mais suis gené par le fait qu'elles appartiennent à un mouvement catalogué comme secte par le rapport parlementaire de 1996, que leur fondateur ai été condamné en cour d'appel à Agen avec perte de ses droits civiques  http://www.aletheia.free.fr/-/2003/aletheia50.htmAu delà ... beaucoup de questions...C'est aussi oublier le travail de nombreux mongols qui, dans des conditions difficiles travaillent aussi à la réinsertion et à la lutte contre la pauvreté dans leur pays celà, sans arrières pensé&es "missionnaires"...Consultez le site de cette "fraternité notre dame"... C'est édifiant et nous impose un oeil critique.