66 minutes

Publié le par Bastenzo55

Dimanche 8 Novembre à 17h20


Michael Youn fait son cinéma              

youn M6.jpgHilarant pour les uns, agaçant pour les autres, Michael Youn ne laisse personne indifférent. Après un show télé déjanté, plusieurs films, des chansons parodiques, un one-man-show, le clown potache s’essaie à un un nouveau rôle : réalisateur de cinéma. A Montréal, il vient d’achever le tournage d’un film dont il tient aussi le rôle-titre, l’histoire du fameux rappeur excentrique qu’il a inventé, Fatal Bazooka.  Dans les coulisses des studios canadiens, on découvre un Michael Youn indédit, concentré et parfois stressé..

 Un sujet de Alexandra Alévêque- © C Productions

 

Vacances piégées                                   

Son retour en France cette semaine marque la fin d’un cauchemar qui aura duré plus de deux ans et demi. Samantha Ziegler, qui n’avait que 19 ans à l’époque, avait gagné, par tirage au sort sur Internet, un séjour d’une semaine à Buenos Aires. Mais au moment de repartir pour la France, le jeu prend une toute autre tournure : les douaniers argentins découvrent dans sa valises 14 kg de cocaïne. Elle clame son innocence, affirmant que la drogue a été placée dans ses bagages à son insu. Mais la justice argentine la condamne à 5 ans de prison, dont elle ne fera finalement que la moitié. Depuis le début de l’affaire, une équipe de 66 Minutes avait suivi sa mère Lydie dans son combat pour faire libérer sa fille, et notamment leurs retrouvailles à la prison des femmes de Buenos Aires. Retour sur le cauchemar d’une vacancière.

Un sujet de Thierry Gaytan © Thierry Gaytan

 

Une patronne à abattre                          

C'est l'incroyable histoire d'une patronne à qui l’on reproche de ne pas avoir proposé à ses salariés d'aller travailler en Roumanie, au salaire roumain. Il y a quatre ans, Catherine Rambaud, PDG des chaussettes Olympia avait supprimé près d'un emploi sur deux dans l'usine historique de de Romilly, dans l'Aube. La production avait été délocalisée en Roumanie. C'était selon elle la seule façon de sauver l'entreprise face à la concurrence asiatique, et de maintenir 300 emplois en France. Mais aujourd'hui, la ville est coupée en deux. Entre ceux qui ont sauvé leur job et ceux qui l'ont perdu. Ces derniers ont attaqué Catherine Rambaud en justice ils ont gagné: l'entreprise leur doit aujourd'hui 2 millions et demi d'Euros. Mais Catherine Rambaud et les ouvriers d'Olympia contre-attaquent: elle affirme qu'elle n'a pas les moyens de payer. Selon elle, l'entreprise serait obligée de mettre la clé sous la porte si elle devait verser cette somme. Vrai ou faux? Depuis 4 ans, nos caméras suivent l'aventure de Catherine Rambaud.

Un sujet de Serge Mousson © C Productions

 

Source: Le blog de la rédaction

 

Commenter cet article