66 minutes

Publié le par Bastenzo55

Dimanche 18 Octobre 2009


Les Super-héros sont dans la rue                    

A les voir arpenter les rues avec leurs masques et leurs costumes inspirés de Batman ou Zorro, on se croirait au carnaval. Mais aux Etats-Unis, les « super-héros anonymes » prennent leur affaire très au sérieux. Postiers, informaticiens ou publicitaires dans le civil, des centaines de citoyens américains entendent combattre la misère et la violence. Comme les super-héros des bandes dessinées, mais pour de vrai. Ne craignant pas le ridicule avec leur déguisement, ils distribuent des colis aux sans-abris. Certains prennent même des risques : ils font la chasse aux dealers en bordure des parcs. Et ces auxiliaires de police d’un nouveau genre ne se font pas que des amis…

Un sujet de Thomas Dandois -© Camicas productions

 

Acné : les dangers de la « pilule miracle »                    

Il a un nom imprononçable - Isotrétinoïne-, mais on le surnomme le « bazooka à boutons » : c’est un médicament très efficace contre l’acné, prescrit chaque année à  près de 100.000 adolescents en France. Mais il faut lire la notice de près pour apprendre que ces pilules-miracle peuvent aussi, dans certains cas, provoquer des effets secondaires psychiatriques. Ses détracteurs l’accusent même d’être à l’origine de pulsions suicidaires, voire meurtrières. Plusieurs faits divers ont récemment défrayé la chronique : « Mes cheveux ont commencé à tomber.  Je n'ai plus de libido et j'ai presque perdu toute sensation sexuelle » écrivait un adolescent sous traitement il y a deux ans. Il a par la suite sauvagement assassiné son dermatologue à Chicago. Quelques années plus tôt en Floride, un autre garçon s’était suicidé en percutant un gratte-ciel aux commandes d’un avion de tourisme. Lui aussi suivait un traitement à l’Isotrétinoïne. En France, plus récemment, Alexandre, 17 ans, s’est donné la mort à Nice… Au total, une quinzaine de suicides ont été répertoriés en France en 20 ans, mais le lien de causalité entre la prise du médicament et le passage à l’acte est difficile à établir. Pourquoi la plupart des médecins et des patients affirment-ils ne pas être fortement sensibilisés à ces risques ? Qu’en disent les quatre laboratoires qui commercialisent cette molécule ? Faut-il avoir peur du « bazooka à boutons » ? Enquête sur un médicament qui fait polémique.

Un sujet de Mathieu Jego-©  C Productions

 

 

Meurtres pour l’audimat                        

L’histoire fait froid dans le dos. Au Brésil un présentateur vedette de la télévision est accusé d’avoir commandité des assassinats pour alimenter son émission de faits divers. Wallace Souza, qui est un homme très populaire dans sa ville de Manaus, envoyait des reporters sur les lieux de crime après avoir été informé par des téléspectateurs et parfois il arrivait même avant la police. Avec le spectacle de ces assassinats très souvent liés au trafic de cocaïne, il dénonçait l’insécurité et l’inefficacité des autorités. Mais voilà l’un de ses gardes du corps aurait révélé à la police qu’il était à l’origine d’une quinzaine de meurtres filmés dans son émission. Le présentateur qui est également un homme politique ambitieux crie au complot. Reportage en Amazonie dans une affaire qui mêle audimat et trafic de cocaïne.

Un sujet de Alexandre Boucher -© Yemaya productions


 

Source: Le blog de la rédaction

Publié dans 66 minutes

Commenter cet article